Mur de renga à l’aéroport international d’Edmonton

Image

Hier, pendant que j’attendais un vol de correspondance à l’aéroport international d’Edmonton, j’ai fait le tour des installations d’art et j’ai découvert un Mur de Renga situé dans la salle des départs.

IMG_6303

Le poème de cinq lignes ressemblait à un tanka. Les mots blossoms, fragrant, message, et origami on attiré mon attention.

IMG_6304

En approchant, j’ai entendu une douce musique qui provenait d’un haut-parleur (le point au-dessus de l’écran).

Il y avait deux affiches, de chaque côté de l’écran. L’affiche de gauche expliquait que le projet, intitulé Wave à l’origine, avait été exposé à Enterprise Square à l’Université de l’Alberta. Le Mur de Renga a été conçu et construit par une équipe de professeurs de l’Université de l’Alberta et des étudiants des départements électriques, d’ordinateurs, d’art & design, d’anglais, de cinéma, de communication et technologie, théâtre et musique.

L’affiche de droite invite les gens à participer en soumettant une strophe. Il s’agit de lire quelques-unes de strophes du Mur de Renga, puis d’en soumettre une.  La strophe apparaîtra (dès qu’elle sera approuvée) de façon anonyme en-ligne et sur l’écran du Mur de Renga.

IMG_6293

De retour à la maison, je me suis rendue sur le site de Wave Art pour voir si je pouvais contribuer mais malheureusement les liens sur le site ne fonctionnent plus. Dommage.

C’est une super bonne idée, ce Mur de Renga! Ce serait cool de voir des haïkus apparaîtra dans les grands aéroports.

Haiku Canada – anti renku

Une de mes activités préférées à la conférence de Haiku Canada c’est le renku de fin de soirée avec Marshall Hryciuk. A Toronto, en fin de semaine, tandis que nous cherchions avec peine une suite à un vers aussi difficile que “flute de Kokopelli”, les Légendes Vivantes de Haiku Canada (comme les appelaient  Marco Fraticelli) faisaient un anti-renku avec beaucoup de rires et, on l’a deviné, ils ont fini bien avant nous.

Comment je suis devenue le sujet d’un renku

Conférence de Haiku Canada (Vancouver, 15 mai 2009).

Minuit.

Le renku de fin de soirée bat son plein depuis 90 minutes.

On change de saisons.

Le sabaki (maître de renku) Marshall Hryciuk nous demande d’écrire un haïku sur le printemps.

Je décide de prendre une pause.

Demande à Jannick Belleau de continuer à noter les haïkus pendant mon absence.

Sors de la salle.

A mon retour, le sabaki vient tout juste de demander un autre haïku sur le printemps (après avoir fait un détour par d’autres sujets d’actualité).  

Un participant constate: “Avec le retour du printemps… le retour de Jessica!”

Ils décident que ce sera la première ligne du chaînon qu’ils étaient en train de travailler:

at the return of Jessica

my heart melts

En effet, les renkuistes, comme les haïkistes, aiment bien s’inspirer des événements captés sur-le-vif – ce qui arrive en tel lieu, tel moment – durant l’écriture de renkus.

J’afficherai bientôt un autre exemple de chaînon qui immortalise un moment survenu pendant l’écriture d’un autre renku lors de la conférence de Haiku Canada.