Mon espace de travail et une entrevue sur le blog J’aime le Japon

workspace_-IMG_4995

Voici une photo de mon espace de travail. J’utilise Adobe Illustrator pour faire les bédés.

Sur mon bureau de travail on trouve une collection de poupées japonaises, des origamis, une collection de grenouilles, et des boîtes japonaises contenant du matériel pour faire des cartes en origami.

C’est ici que je créé la plupart de mes bédés Vieil Etang.

Cette photo m’a été demandée par Mikael Plasse pour accompagner une entrevue que j’ai donnée pour son blog J’aime le Japon.

Vous pouvez lire l’entrevue maintenant: Découvrez Jessica de vieiletang.com

Advertisements

Emportés par la vie

   

Dans la capsule radio diffusée sur la Première Chaine de Radio-Canada (6 minutes) le 28 juillet, j’ai parlé de ma découverte du haïku (dans un livre sur les baleines à l’âge de 12 ans), du haïku qui m’a poursuivi jusqu’à temps que je me mette à en écrire au CEGEP, de la découverte des livres d’ André Duhaime (preuve qu’on pouvait écrire du haïku en français au Canada) et du haïkiste Carol Lebel qui habitait la ville voisine de la mienne (preuve qu’on pouvait écrire du haïku même si on habitait dans une petite ville du Saguenay-Lac-St-Jean), des qualités du haïku, etc.
***La prochaine capsule haïku sera diffusée Dimanche le 4 aout à 12.07 (juste après les nouvelles du Radio-Journal). On peut aussi syntoniser en direct sur le web.***

Entrevues NaHaiWriMo – Semaine 1

Entrevue avec Kaeru | Entrevue avec l’auteure


Entrevue avec Kaeru. Première semaine (7 février 2010)

1. Tu participes au défi NaHaiWrimo qui consiste à écrire un haïku par jour pendant le mois de février.  Ce sont les premiers haïkus écrits par une grenouille?
Maître Kawazu affirme que son ancêtre aurait co-écrit le célèbre haiku de Basho mais il n’y a pas de preuve écrite alors il semble que je serais le premier.

2. A part écrire un haïku par jour, tu t’es imposé d’autres restrictions?
Non, sauf que Maître Kawazu vient de m’interdire d’écrire des haïkus sur les mouches (bédé #7). J’adore les mouches. C’est mon sujet préféfé.  Heureusement, il me reste les lucioles, les libellules, les oiseaux-mouches…

3. Les oiseaux-mouches ne sont pas des insectes.
Ca, je l’ai appris tout récemment.

4. Vos haikus sont très courts.
Oui.

5. C’est votre style naturel?
Non. On m’a donné un calendrier pour écrire mes haikus mais y’a pas beaucoup d’espace alors il faut que j’utilise le moins de mots possible. Ca me force a être bref. Par contre, le danger de faire aussi bref c’est que le haïku soit tellement “dénudé” qu’il soit vide de sens, ou plus un haïku du tout.

6. La mouche mécanique de la bédé #6, c’est un vrai jouet?
Oui, c’est un outil pédagogique pour nous enseigner à chasser les mouches.

7. Vous aimez les mouches?
J’en mangerais bien une maintenant.

 

Entrevue avec JessicaTremblay, l’auteure de Vieil Etang. Première semaine (7 février 2010)

1. Pourquoi c’est Kaeru qui écrit les haïkus et pas vous?
J’étais curieuse de voir quel genre de haïku Kaeru pourrait écrire, alors j’ai décidé que c’est Kaeru qui participerait à NaHaiWriMo ce mois-ci. J’ai été surprise de constater que Kaeru avait un style qui se rapprochait beaucoup d’Issa – qui aimait les mouches et avait beaucoup de compassion pour les petites créatures – alors que Maître Kawazu, lui, est un élève de Basho, comme on le sait.

2. Pourquoi les noms Kaeru et Kawazu?
Kawazu est l’ancien mot japonais pour “grenouille”. C’est le mot utilisé par Basho dans son poème old pond / furuike ya / a frog dives in / kawazu tobikomu / the sound of water / mizu no oto no. Maître Kawazu représente la tradition, les règles strictes du 5-7-5.
Par opposition, Kaeru veut dire “grenouille” en Japonais contemporain. Kaeru, en tant qu’apprenti, va apprendre les règles du haïku pour mieux les briser. Il est intrigué par le haïku moderne. Cette différence va créer des frictions entre le maître et l’élève.

3. La combinaison d’un haiku et d’une bédé est intéressante. Qu’est-ce qui vient en premier, la bédé ou le haïku?
Je fais la bédé en premier puis j’ajoute le haïku qui doit être relié à la bédé sans toutefois en répéter les éléments. C’est un exercise similaire au haïga.
Par exemple, dans la bédé #6, Kaeru trouve un jouet de son enfance: la mouche mécanique. Au lieu d’ajouter un haïku sur une mouche (qui répèterait trop le sujet de la bédé), j’ai choisi d’afficher un haïku sur l’enfance (du point de vue d’une grenouille, évidemment): pleine lune / aux têtards il pousse / des pattes.

4. C’est la première fois que vous participez a un défi comme NaHaiWriMo?
Non, en octobre 2010, j’ai participé à 24 hour comic day et créé 24 bédés en 24 heures. Il y quelques années, j’ai participé à NaNoWriMo (National Novel Writing Month) et écrit un très mauvais roman de 50,000 mots en 30 jours. Depuis 2010, j’affiche une bédé par semaine sur mon site. Avoir une date de tombée aide beaucoup. C’est important de se fixer des objectifs pour atteindre son but.

5. Est-il trop tard pour se joindre a NaHaiWriMo?
Il n’est pas trop tard. NaHaiWriMo est un défi personel que vous vous lancez d’écrire un haïku par jour pendant un mois. Sur Facebook, l’événement NaHaiWriMo en francais a commencé le 1er février et se terminera le 28 février. Mais vous pouvez vous lancer le défi à n’importe quel moment de l’année.

6. Des conseils pour les participants?
Affichez votre haïku, même si vous n’en êtes pas satisfait. Vous serez parfois surpris de voir que le haïku dont vous doutiez suscite des commentaires positifs et qu’il n’était pas si mauvais que ça, après tout. Le doute est l’ennemi du débutant.

7. Quels lecons vont retirer les participants de NaHaiWriMo?
Discipline. Persévérance. Confiance en soi.

A venir: Entrevues de la deuxième semaine (Jour 14)