Mini-recueil de haïkus

Autumn20061119 058

Je viens d’imprimer et d’assembler le mini-recueil de haïkus gratuit du Grand Concours de Haïku 2005 du Magazine Marco Polo.  Les instructions d’assemblage ne sont pas très faciles mais l’effort en vaut la peine: le recueil est très beau et contient de superbes haïkus d’une trentaine d’auteurs dont Monika Thoma-Petit qui s’est méritée le Prix Vent:

 

Dans la cour d’école

tourbillon de feuilles sèches

tourbillon d’enfants.

                                                 Monika Thoma-Petit

 

La nuit du chasseur

La nuit dernière, j’ai été réveillée par les cris d’un coyote.  Un étrange hurlement suraigu, suivi par une série de jappements qui n’avaient rien à voir avec les aboiements d’un chien.  Il était deux heures du matin, et j’ai compris: c’était l’heure de la chasse.

 

nuit d’automne

les bois encore plus sombres

cri des coyotes

 

Vancouver abrite une grande population de coyotes dont certains ont pris refuge dans les grands parcs urbains.  Les coyotes étant des animaux nocturnes, ils ne posent pas de problèmes en général et cohabitent bien avec les humains.  Ce qui me surprend, c’est que certains d ‘entre eux semblent avoir trouvé leur bonheur dans le petit boisé qui entoure le terrain de tennis situé derrière mon immeuble.

 

la souris passe

à travers le grillage –

grognements

 

C’est la quatrième fois que je suis réveillée par les coyotes cette année.  Cela se passe presque toujours aux mêmes heures (à 2 heures ou à 4 heures du matin).  Les cris sont vraiment terrifiants et je ne trouve pas toujours le courage de sortir du lit et d’aller voir à la fenêtre. 

 

Je m’imagine la proie qui prend refuge dans l’immense cage qu’est le terrain de tennis.  Et surtout, combien de temps cela prendra-t-il au prédateur pour repérer la porte grillagée qui bat dans le vent?

 

un filet de tennis

sépare les adversaires –

point de match

Danse coréenne

 

DanceEventails

Dernièrement, je me suis inscrite à un atelier de danse coréenne.  (La danse, avec les arts martiaux, est une de mes passions: j’aime essayer tous les styles.)  

 

Au premier cours, la professeure, vêtue de la longue robe traditionnelle coréenne, nous a fait une démonstration et quelle n’a pas été ma surprise de constater que j’allais apprendre la célèbre danse des éventails, cette danse asiatique qui me fascine depuis toujours.  Et surtout, j’allais devoir apprendre à manipuler avec grâce non pas un mais deux éventails! 

 

éventail devant

éventail derrière

la jeune danseuse

 

Les éventails sont grands et décorés de plumes aux extrémités.  Alors que nous apprenons à ouvrir les éventails d’un mouvement sec, beaucoup d’entre nous perdons des plumes…

 

danse aux éventails –

sous le pied de la danseuse

une plume rose

 

La première partie du cours se passe sans musique.  Dans le silence, il est alors impossible de cacher notre maladresse, même si on a pris soin de se placer au fond du gymnase…

 

clac!

le son d’un éventail

touchant le sol

 

Les mouvements sont très gracieux, le démarche élégante.  A l’occasion, les éventails déployés viennent imiter, selon leur position, la queue ou les ailes d’un oiseau. 

 

vole, vole!

la plume décorative

de l’éventail

 

A la fin du cours, on ferme pour la dernière fois les éventails, en les abattant sur nos cuisses d’un coup sec.  Tac! 

 

(Il était temps, j’ai les bras en compote!)

 

Le bien le plus précieux

 

CapilanoSalmonHatchery20061021 045

La grande région de Vancouver fait face à une situation d’urgence.

 

Les fortes pluies de ces derniers jours ont causé des inondations et les réservoirs d’eau de la ville en ont été affectés.  L’eau du robinet est jaune, brunâtre.  L’eau des toilettes aussi.  Dans le communiqué de la ville, j’apprends le mot “turbidité” qui désigne l’eau brouillée. 

 

le doigt mouillé

pour tourner les pages

du dictionnaire

 

Par mesure de précaution, on demande à la population de faire bouillir l’eau car on ne peut garantir que l’eau traitée soit exempte de bactéries (les réservoirs d’eau potable auraient débordés sur les terres avoisinantes, ou bien c’est le contraire, je ne sais plus.)

 

ailleurs

l’eau coule sous les ponts

ici, par dessus

 

Comme on prévoit encore de la forte pluie pendant les prochains jours, la situation ne sera pas réglée de sitôt.  C’est la cohue dans les magasins pour obtenir de l’eau embouteillée. 

 

étagères vides

prochaine livraison

lundi

 

Les clients se rabattent sur les jus en bouteilles, les boissons gazeuses.  Dans l’allée du thé et du café, des personnes téméraires qui ont décidé de faire bouillir l’eau choisissent la saveur qu’ils donneront au liquide brunâtre.

 

grimace

elle rajoute du miel

dans son thé

 

Ce genre de situation nous fait réaliser à quel point l’eau est précieuse.  Nous sommes nombreux à prendre pour acquis l’eau qui sort du robinet.  On oublie souvent qu’un tiers de la population mondiale n’a même pas accès à l’eau potable.

 

pluie battante –

un chien se désaltère

dans une flaque

 

 

Le roman de Tessa

 

NaNoParticipant2006  

WRITE HERE WRITE NOW

                                            – National Novel Writing Month

 

 

 

 

National Novel Writing Month est un marathon d’écriture durant lequel plus de 75,000 personnes de partout à travers le monde se sont engagées à écrire un roman de 50,000 mots pendant le mois de novembre… en seulement 30 jours. 

 

J’ai toujours voulu écrire un roman (projet que je remettais toujours aux calendes grecques).  En lisant un article sur NanoWriMo, j’ai décidé que ce serait parfait pour moi puisque cela me forcerait à écrire, poussée par l’urgence d’une date-limite.  Je me suis donc inscrite.  Mon bilan, à ce jour:    

 

29,612 mots (90 pages)

 

C’est la première fois que j’écris autant de pages sur la même histoire.  Et, en anglais en plus.  (Pourquoi en anglais? Pour me donner la permission de mal écrire!)

 

Toute personne qui aura dépassé 50,000 mots à la fin du mois sera déclarée gagnante.  C’est donc la quantité qui compte, pas la qualité. 

 

J’avoue que mes séances d’écriture ressemblent plus à un concours de vitesse de dactylographie qu’à l’écriture de roman.  (Pour arriver à atteindre son objectif, il faut écrire un minimum de 5 pages par jour!) 

 

Le 1er novembre, j’avais mon sujet mais je n’avais fait aucun plan.  J’ai donc commencé à la page 1 et j’ai continué à écrire l’histoire de façon linéaire.  A chaque jour, je reprends l’histoire où je l’ai laissée.  Je ne regarde jamais en arrière.

 

On se retrouve à la fin du mois pour le bilan de mon expérience!